Une enquête policière


Les élèves de première S se sont essayé au rôle de détectives de la police scientifique jeudi dernier. Nous nous sommes retrouvé dans la série des « Experts » le temps d’un TP de biologie. Elles ont rejoint leurs camarades de U5 d’Albyn School inscrits en section Highers Biology pour effectuer un TP très particulier.

Le but de cette expérience était de rechercher un individu qui avait commis un crime à partir de prélèvements d’ADN.

Elles ont utilisé des appareils de laboratoire sophistiqués tels que la PCR (polymérase Chain Réaction), en français : L’amplification en chaîne par polymérase (ACP) ou réaction en chaîne par polymérase ou encore test d’amplification des acides nucléiques (TAN au Canada francophone).

Cet appareil met en œuvre une méthode de biologie moléculaire d’amplification génique in vitro. Elle permet de dupliquer en grand nombre (multiplication de l’ordre du milliard) une séquence d’ADN ou d’ARN connue, à partir d’une faible quantité (de l’ordre de quelques picogrammes).

Elles ont aussi appris à construire les éléments d’une de discrimination de plusieurs ADN de suspects grâce à une électrophorèse sur gel d’agarose. Très utilisée en biochimie ou en biologie moléculaire, cette technique d’électrophorèse permet de séparer des molécules en fonction de leur charge, de leur taille (appelée poids moléculaire) ou les deux à la fois en les faisant migrer à travers un gel par application d’un champ électrique.

PCR                               Tubes à échantillons d’ADN            Bac à Électrophorèse

                      

Les photos illustrent le travail effectué en classe et le résultat sur le gel d’agarose a permis d’identifier l’auteur du crime : c’est le suspect C.

 

Lesert Laurent

 

ADN témoin