Les collégiens d’Aberdeen portent haut la Flamme de l’Égalité


Les élèves de l’école Total d’Aberdeen, école d’entreprise relevant de la Mission laïque française, ont participé au concours la Flamme de l’égalité qui « aspire à conforter la construction d’une mémoire collective autour de valeurs partagées ».

Pour aborder le thème Devenir Libre de la 5e édition du concours La Flamme de l’égalité, les collégiens de l’école Mlf-TOTAL d’Aberdeen ont décidé de traiter les enjeux de la traite transatlantique et de l’abolition de l’esclavage au Royaume-Uni. Le travail préparatoire de contextualisation du sujet a permis aux élèves de découvrir qu’à la fin du XVIIIe siècle, certains esclaves ramenés des Antilles britanniques au Royaume-Uni par leur maître avaient décidé d’attaquer ces derniers en justice dans l’espoir d’obtenir leur liberté. Parmi ces procès incroyables et méconnus, les élèves ont choisi l’Affaire Knight qui a été jugée au Tribunal d’Edimbourg en 1778. C’est donc sous un angle judiciaire et législatif que le thème du concours a été traité.

Ce choix original a pour avantage de pouvoir traiter les enjeux de la traite et de l’abolition de l’esclavage à une échelle locale. C’est d’ailleurs pour cela que les élèves se sont davantage orientés vers un procès écossais plutôt qu’anglais. Une heure hebdomadaire a donc été consacrée à ce projet à partir du mois de décembre 2019. Les élèves ont effectué dans un premier temps un travail de recherche à partir de nombreuses archives numérisées du Musée de Glasgow mais également de la pièce de théâtre The Trial of Joseph Knight dont le texte a été transmis par la BBC Radio Drama Archive et le livre Joseph Knight de James Robertson, qui a remporté le prix du livre de l’année du Scottish Arts Council en 2004. De nombreuses ressources généralistes notamment anglophones disponibles sur le site du concours ont également été utilisées.

Après ce travail de recherche, de synthèse et d’analyse, les élèves ont unanimement opté pour un format vidéo comme production finale. Le scénario s’est rapidement orienté vers une reconstitution du procès à la fois dans une démarche didactique pour expliquer les enjeux de la traite et de l’abolition et de pouvoir les personnifier à travers les figures de Joseph Knight, de John Wedderburn et du juge Swinton.